Produits

Les produits Seelab héritent de 30 ans de confrontation aux défis de la couleur dans l’industrie.

Jacques Gombert

Jacques Gombert

Dans les années 90, l’ingénieur CNAM Jacques Gombert a déjà travaillé à la maintenance de spectro-photo-colorimètres destinés au secteurs de la peinture et du textile, puis au développement de logiciels de formulation couleur pour la peinture et les encres, lorsqu’il décide de lancer sa propre activité de service après-vente d’appareils de mesure de la couleur.Sur le terrain, au contact des coloristes dans les laboratoires, et des responsables sur les lignes de production, le besoin lui apparaît rapidement d’un outil logiciel permettant l’acquisition et le traitement des données issues de tous les modèles de spectro-colorimètres disponibles sur le marché, afin d’unifier ces opérations au sein d’une même équipe ou d’une entreprise. Le logiciel GX naissait. Pour le contrôle qualité, la production, la formulation, GX étend peu à peu ses fonctionnalités et se diffuse dans les secteurs de la peinture, des encres et du plastique.

Son frère Philippe le rejoint au début des années 2000. Fort de ses compétences et son expertise dans le domaine de l’électronique, il prend à sa charge les opérations de maintenance des spectro-colorimètres. En démontant et remontant les dispositifs existants, il en comprend peu à peu toutes les subtilités, les atouts mais aussi les limites.

Le GI
Le spectro infra-rouge GI

Dans le domaine infrarouge par exemple, l’industrie est en manque d’un dispositif pour contrôler les écarts de teinte entre un standard et un échantillon (Contrôle Qualité), tout en vérifiant que les courbes spectrales mesurées se situent bien à l’intérieur des gabarits. Les deux frères mettent au point le GI et y injectent leurs premières innovations technologiques. Equipé d’une sonde de calibration, il corrige lui-même les dérives minimes inévitables afin d’assurer avec certitude une mesure fiable. Le GI s’adapte à la taille des échantillons grâce à une ouverture variable de 25 à 4mm. Il prend en compte également l’état de surface ou la brillance de l’échantillon et ceci indépendamment de la teinte. Le GI est également doté d’une motorisation pour l’obtention d’une mesure « globale ».  Les applications sont essentiellement militaires et Airbus Helicopters (ex-Eurocopter) compte parmi les Clients.

Le GL
Le gonio-spectrophotomètre de laboratoire GL

Parallèlement, c’est à cette époque que les teintes à effet commencent à intéresser les équipes de design, elles deviennent « à la mode ». Le logiciel GX intègre petit-à-petit leurs aspects spécifiques dans son plugin dédié Effect, pourtant sans encore donner pleine satisfaction. Car malheureusement, les mesures spectro sont défaillantes en présence d’effets ; quant à les formuler, les modèles restent à écrire. C’est dans cette brèche que s’engouffrent les deux ingénieurs, en mettant au point un gonio-photo-colorimètre de laboratoire, le GL, qui mesure de façon détaillée l’interaction de la lumière sur les produits colorés pour comprendre les phénomènes qui régissent leur perception par l’oeil humain. Pour cela, il fournit les BRDF ( Bidirectional Reflectance Distribution Factor) et travaille dans le domaine hors plan (éclairage dans un plan, mesure dans un autre). Permettant la mesure dans la gamme complète des angles [-180°,180°] grâce à ses trois axes, il est adapté aux teintes à effet et aux teintes lisses structurées. Il permet de finaliser les développements du plugin Effect dans le logiciel GX.

Performant, le GL n’en est pas moins difficilement utilisable en dehors du laboratoire de par ses dimensions (un cube de 60cm de côté). Dans les années 2010 démarrent les travaux de miniaturisation de ce gonio-spectro-colorimètre, qui aboutiront au GP150, le gonio portable Seelab.

 

 

admin